vendredi 28 août 2009

[Hakodate] Dégustation de calamars vivants!

Le clou du spectacle culinaire à Hakodate est la dégustation de calamars vivants! Le tout en guise de petit déjeuner à 9h du matin. Ca se passe au Fish Morning Market. Les plus courageux peuvent attaquer cette expérience dès 5h du matin!


video

video

Souvenir impérissable des ventouses qui vous collent à la langue! On se sent pour un instant un peu comme Mike Horn!

jeudi 27 août 2009

[Hakodate] Retour chez mamie

Je me devais d'essayer avant de partir de me sentir comme une tortue ninja! C'est chose faite grâce au Yukata (pyjama fourni dans les Minshuku et Ryokan) et au masque anti-bactérien que l'on trouve facilement dans toute épicerie qui se respecte!

mercredi 26 août 2009

[Toya-ko Onsen] Showa Shinzan ou la montagne éclair

La magie du lac de Toya opère à la nuit tombante. C'est l'heure où tous les japonais dinent et les bordures du lac sont désertes.

Le spectacle est touchant de simplicité et de plénitude. Le chapeau de nuage perché sur l'un des volcans bordant le lac est merveilleux.

Mais ce qui nous a bluffé par dessus tout à Toya-ko Onsen est la visite du volcan Showa Shinzan.

Rappellons que nous sommes dans une des régions volcaniques les plus actives du Japon. Le mont Usu qui domine la région est un volcan hyper actif. Il entre en éruption un peu près tous les 20 à 50 ans. Par exemple, l'éruption de 1977 a généré une colonne de fumée de 12,000m d'altitude. A chaque éruption, un nouveau cratère apparait.

Entre 1943 et 1945, le mont Showa Shinzan est littéralement sorti de terre pour atteindre son altitude actuelle de 407m! Tout a commencé par une série de tremblements de terre qui a duré 6 mois. Puis des fumées ont commencé à sortir au beau milieu d'un champ cultivé, puis une excroissance. Le rythme endiablé était tel que au plus fort de sa percée, le volcan faisait des poussées verticales journalières de 1,5m!

Mimatsu Masao, le chef du bureau de poste local (tous les scientifiques de l'époque étant occupés aux affaires de guerre), a patiemment enregistré toutes les données de croissance du volcan et a livré à la communauté scientifique une base unique de données sur ce phénomène rarissime.


mardi 25 août 2009

[Hakodate]

Sous un beau soleil, on part à la découverte de la ville.

Entre une sucette de calamars séchés et un bol de soupe ramen, on apprécie le mix incongru de culture: église russe orthodoxe, église catholique, temple, musée intéressant sur les "Northern people" et les Ainus (anciens habitants de l'île avant l'arrivée des japonais).

C'est une ville soignée, bien mise en valeur. Des anciens entrepots ont été rénovés et transformés en de belles galeries marchandes. Un grand supermarché y est aussi implanté. Il ne vend uniquement que des produits de la mer (un fabuleux rayon d'algues marines, de la grandeur d'un rayon de pasta dans un super italien!).

La visite au cimetière des étrangers au bord de l'océan est particulièrement émouvante.



lundi 24 août 2009

[Hakodate]

Voici notre "mamie-san" adorable qui nous a accueilli dans son Minshuku (B&B) à Hakodate.

Arrivés de nuit à Hakodate (enfin il fait nuit en cette saison dès 18h30), on a eu un mal fou à trouver le Minshuku Kumashi. On a même débarqué chez une voisine en lui demandant cash une chambre. Sa surprise n'avait d'égal que notre embarras!

Mamie-san fait 1m40, les yeux pétillants, un large sourire qu'elle cache souvent de ses mains. Sa maison sent bon le talc de mamie. Elle regorge d'objets entassés au cour du temps. On se sent vraiment accueili chez l'habitant. On s'y sent tellement bien que l'on va y revenir.

Hakodate c'est aussi (enfin) notre premier restau sushi avec tapis roulant. Quel bonheur! Le plus dur est de gérer la pile d'assiettes style tour de Babel sur le comptoir!

dimanche 23 août 2009

[Otaru] Sushi oui oui

Otaru, petit port de la cote Est d'Hokkaido. Un peu la ville des amoureux avec son canal et ses échoppes.

On prend plaisir à flaner dans les rues et observer la fabrication locale de verre (de jolies petites clochettes envahissent les rues) .

Mais notre bonheur n'aurait pas été complet sans un grand restaurant de sushi le soir. Chose faite. Je ne cache qu'un vent de déprime à souffler quand le repas fut terminé!


(Oursins et oeufs de saumon, nos deux meilleurs amis nippons!)

samedi 22 août 2009

[Asahikawa + Biei] Saké et champs de lavande (enfin il paraît)

De passage à Asahikawa, on en profite pour visiter la célèbre maison de Saké Otokoyama.

Après la visite rapide des lieux et de son petit musée sur la fabrication traditionnelle du saké, on passe au chose sérieuse: la dégustation.

Nous dégusterons (en japonais svp!) pas moins de 12 sakés différents entre dry et sweet, jeunes et vieux (5 ans). Non sans surprise, notre préférence se portera sur les sakés les plus secs de la gamme. Ceux là même qui se dégusteront à merveille avec des sashimis.


Nous poursuivons ensuite notre route vers la petite ville voisine de Biei.

C'est un peu un mélange entre la Provence et la Toscane.

La région est connue pour sa production de lavande. Les posters qui couvrent les murs de la gare sont là pour attester des extraordinaires paysages vallonnés et multicolores.

La pluie nous empêchera malheureusement une fois de plus de découvrir à vélo la douceur des reliefs environnants. Seul le saké saura nous consoler...

vendredi 21 août 2009

[Sounkyo Onsen] Attention touristes!

Une tempête nocturne des plus violentes a eu raison de notre amour pour Rebun. Nous décidons de poursuivre vers l'intérieur des terres d'Hokkaido.

Autour d'Asahikawa, se trouvent les gorges de Sounkyo Onsen.

On découvre une facette du japon que l'on ne connaissait pas: le tourisme de masse pour japonais! La station de montagne déborde littéralement d'hôtels bunkers. Le filon des sources thermales (onsen) qui abondent dans cette région est largement surexploité.

On découvre la vie du touriste japonais de base, qui aime faire les mêmes choses en même temps et avoir un "tapis roulant" qui le porte au point de vue "imprenable" sur les gorges et ses belles cascades. C'est sans doute rassûrant d'avoir une infrastructure touristique à la pointe, mais ça ne nous convient pas.


jeudi 20 août 2009

[Rebun] Paradis vert au milieu de l'océan

Ile voisine de Rishiri, à seulement 40 minutes de ferry, on débarque sur l'île de Rebun.

C'est un véritable paradis vert au milieu de l'océan. I

ci règne un micro climat très spécial qui fait que poussent des centaines d'espèces de plantes et de fleurs qui pousseraient d'ordinaire sur d'autres latitudes et altitudes.

Entre deux averses, on fait un petit trek sur les hauteurs de l'île. La douceur de ses collines et sa végétation luxuriante nous ravissent.



mercredi 19 août 2009

[Rishiri] Uni ou la révélation sensorielle

Si les paysages de Rishiri nous auront marqués, le souvenir impérissable sera celui laissé par les Uni (oursins) locaux. Ils sont connus dans tout le Japon pour leur saveur unique.

Déchiffrant non sans mal le menu d'un des restaurants locaux, nous nous lançons à la recherche de l'uni.

De couleur jaune et de taille importante, l'uni a une saveur indescriptible de fraîcheur iodée. il fond dans la bouche dans un extase de sel et de douceur. Sa longueur gustative est tout simplement phénoménale. C'est tout simplement une des meilleures choses que je n'ai jamais goûtées.



Rishiri enfin ce sera pour nous l'accueil si japonais de Namiso, notre hôte de la Youth Hostel.

D'une gentillesse qui n'égale que son embarras constant, d'un anglais si improbable, Namiso aura été un personnage vraiment attachant.

A travers son sourire transperce toute sa personnalité.

mardi 18 août 2009

[Rishiri] Voyage sur une île au bout du monde

A 1h30 de ferry de l'extrême nord d'Hokkaido se trouve l'île de Rishiri. Nous sommes tout près de la Fédération de Russie. D'ailleurs dans le port d'embarquement de Wakanai, les panneaux routiers étaient en russo-japonais.

Sur le ferry, je fais connaissance avec Jun, un japonais de 62 ans fraîchement retraité (après 38 ans dans la même agence gouvernementale de recherche marine). Sportif, très souriant, Jun est venu ici pour faire l'ascension du volcan majestueux qui surplombe l'île. Il profite à fond de sa toute nouvelle liberté pour sillonner le pays.

De l'approche de l'île se dégage une atmosphère mystérieuse, quasi violente. On a l'impression de débarquer au bout du monde et on éprouve un peu le sentiment rencontré il y a quelques années en terre de feux à Ushuaïa.


lundi 17 août 2009

[Sapporo] Jeunesse trendy

Balade dans les rues de la capitale de l'île d'Hokkaido à la découverte des japonais.

On est surtout frappés par la jeunesse citadine qui s'habille d'une façon très trendy. Et ce aussi bien les filles que les garçons (ces derniers n'hésitant pas à se décolorer les cheveux et porter fièrement leur dernier sac à main).

J'y vais de ma petite théorie sur le sujet. Les ados s'habillent de façon si délurée et créatrice car celà correspond à une période de leur vie entre deux uniformes (école et monde du travail). C'est un peu leur seul espace de liberté individuelle dans une société globalement très uniforme et unifiante.

Le sport national ici semble être d'éviter de croiser le regard des autres. On fait l'expérience de la transparence. On est loin de l'ambiance chaude des rues du Rajasthan!

dimanche 16 août 2009

[Sapporo] Fraichement débarqués

On profite de l'escale à Tokyo pour s'enfiler au petit déjeuner un premier bol de soupe mythique avec udon. Quel régal!

Lucia fait déjà chauffer le "phrase book" japonais!

Avant de s'effondrer après un voyage de plus de 20h, on fonce au Yakitori local pour se régaler de bonnes brochettes de viande grillée et de bières bien fraiches. Le ton est donné: notre voyage sera assûrément placé sous le signe de la gastronomie! Quelle surprise!